Quelle différence entre circuit court et marché local ?

Circuit court

On qualifie de circuit court un circuit de distribution dans lequel intervient au maximum 1 intermédiaire entre le producteur et le consommateur.

La provenance locale n'est pas obligatoirement induite.

Un circuit court est un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte à condition qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire. (définition du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation)

Le circuit court inclut la vente directe, pour laquelle il n'y a pas d'intermédiaire entre le producteur et le consommateur, mais il est plus large qu'elle, car il inclut aussi la vente indirecte lorsqu'il n'y a qu'un seul intermédiaire

Le circuit est dit « court » lorsqu'il y a, au maximum, un intermédiaire : stricto senso, il n'y a pas de notion géographique, le producteur peut être proche ou non du consommateur. On parle de relocalisation lorsque le producteur se rapproche géographiquement du consommateur, indépendamment des intermédiaires.

Attention : le concept de "circuit court" ne prévoit pas de notion de proximité physique ! En effet, des oranges produites dans un autre pays peuvent très bien être vendues en circuit court. Il suffit qu’il n’y ait qu’un intermédiaire.

Les grandes surfaces et hypermarchés peuvent aussi participer au circuit court, s'ils sont l'unique intermédiaire entre le producteur et le consommateur.

 

Marché local

Le marché local induit une notion de proximité. Le produit dit local est déterminé par la distance entre son lieu de consommation et son lieu de production. Celle-ci doit se trouver dans un rayon inférieur à 160 kilomètres maximum.
On assimile souvent le produit local à un produit frais et de saison issu d’une production raisonnée, durable et écologique.

Les « circuits courts de proximité » sont souvent opposés à la grande distribution alors que certaines enseignes nationales proposent en magasin une offre de produits locaux à travers des partenariats avec un producteur. A contrario, la vente sur un marché n'est pas synonyme de proximité, certains produits provenant de marchés de gros qui les importent de l'autre bout du monde.

 

Avantages et limites des circuits courts

Au-delà des bénéfices économiques et sociaux pour les producteurs et les consommateurs de la vente en circuit court, celle-ci répond également à une préoccupation de réduction des dépenses énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre liées à l'alimentation. Pour beaucoup de consommateurs, l'achat, en vente directe, d'un aliment produit localement est forcément meilleur pour l'environnement. Pour confirmer cet a priori, il est nécessaire d'étudier l'ensemble du cycle de vie de l'aliment : sa production, sa transformation, son conditionnement, son transport... Cette analyse doit également prendre en compte les impacts énergétiques, climatiques ou encore sur l'eau ou la biodiversité.

 

Et au lycée Sully ?

article paru le 10 février 2021 "Circuits courts : des étudiants en mode projets"

https://www.horizons-journal.fr/circuits-courts-des-etudiants-en-mode-projets